Tiamat, round one, fight !

Tiamat - couv

J’ai parlé il y a peu de temps de Soleil Noir, l’excellent jeu de Christophe Hermosilla permettant de jouer des commandos spéciaux pendant la seconde guerre mondiale, il n’est donc que justice que je fasse un article sur le premier jeu qu’il a publié : Tiamat !

Round two, fight !

High kicks, uppercuts, mawashigeri et autres shomen uchi sont au menu de Tiamat ! Ici, pas de temps à perdre en fioritures, on est là pour la marave, le baston, la castagne. En effet, le jeu vous propose d’incarner un combattant, un personnage spécialisé dans son art martial dans un univers contemporain, avec une touche de fantastique mais j’y viendrai après. La création de personnage, assez classique, met tout de même l’accent sur le choix de la discipline martiale pour votre héros et pour cela un large panel est proposé, allant du krav maga au kendo en passant par le karaté le judo ou même la lutte libre. Chaque art martial est présenté comme un arbre de techniques liées les unes aux autres permettant même de faire quelques combo fracassantes.

L’inspiration de Tiamat est claire et assumée, on lorgne bien évidemment vers les jeux vidéo de baston comme Street Fighter, Tekken ou autres King of Fighters. Mais on y trouve aussi des références cinématographique comme Bloodsport dont un scénario du jeu est une très sympathique version. Le système, à base de D10 est simple et fluide, il va à l’essentiel tout en offrant une large variété de possibilités à la création qui permet de créer pour chacun un combattant unique.

K.O. !

Au niveau de l’univers, sans entrer dans les détails, on a un cadre de jeu fantastique qui m’avais évoqué Feng Shui. Pour jouer, on peut le prendre ou le laisser, il est assez facile d’utiliser le système pour jouer dans l’univers de Street Fighter ou Mortal Kombat, mais il serait dommage de s’en priver. A mesure que les personnages vont progresser, ils vont découvrir les différentes factions secrètes et la guerre ancestrale qu’elles se livrent, les poussant sans doute à prendre parti pour l’un des camps de cette lutte.

Tiamat - Maîtrise de l'esprit couv grogLà aussi, le background, comme les règles, reste suffisamment générique pour pouvoir être modifié et adapté à loisir pour tout MJ ayant des envies de personnalisation. Et si le livre de bas de vous suffit pas, des suppléments pdf sont offerts sur le blog dédié (scénarios, nouveaux arts martiaux…), et un supplément papier intitulé « Maîtrise de l’Esprit » est proposé en impression à la demande sur le site Lulu comme le livre de base. Le supplément regroupe en un seul volume l’ensemble des pdf disponibles plus quelques ajouts qui vous procureront de nombreuses heures de jeu supplémentaires.

You win ! Finish him !

 J’avais déjà testé plusieurs jeux sur ce thème, dont l’adaptation officielle de Street Fighter, mais aucun ne m’a paru aussi fluide que Tiamat. Les choix proposés on l’a vu sont larges, mais la customisation est aussi très facile et vous pourrez facilement créer votre art martial fétiche s’il n’est pas déjà listé dans le jeu, soit en piochant des techniques déjà existantes, soit en créant les vôtres. Et si ce n’est toujours pas assez, mon petit doigt me dit qu’un écran de jeu est en préparation pour les mois à venir ; s’il ne vous semble pas indispensable, rien que pour le plaisir de voir une illustration grand écran de Mustapha « Chimerae » Bennabi, moi je suis preneur !

A bientôt, sur un tatami, sur un ring ou dans la rue !

2 réflexions sur “Tiamat, round one, fight !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s