Hexagon Universe : des superslips made in France

DSCN1672

Bon ok le titre est en anglais… Mais si si, je vous jure, Hexagon c’est un jeu de super héros de création française, tiré d’un univers de super héros de création française lui aussi. Alors pour tout dire, initialement je ne suis pas spécialement fan de super héros, je n’ai pas été biberonné aux Stranges dans ma jeunesse, mais plutôt à Pif gadget et à la franco-belge ; ma culture BD a longtemps été ignorante de super héros en tout genre. Heureusement je me suis rattrapé bien plus tard et j’ai commencé à apprécier le style de pas mal de comics, penchant plutôt du côté Marvel d’ailleurs.

Les jeux de super héros en revanche, j’y ai goûté très tôt avec notamment le vieux Marvel de chez Schmidt qu’un ami de collège nous masteurisait, lui était fan et avait une collection impressionnante de comics et connaissait les univers sur le bout des doigts. Mais depuis, nada, rien ! J’ai bien testé deux ou trois jeux : Humanydyne chez le 7e Cercle dont j’avais adoré le setting (mes joueurs aussi) mais dont les règles m’ont beaucoup moins convaincu ; Icons de chez John Doe, là c’est tout l’inverse, le setting est inexistant, les règles plutôt pas mal mais pas transcendantes ; finalement la Brigade Chimérique de chez Sans Détour où j’étais archi fan de l’univers (archi fan des BD à la base, ça aide), mais où les règles étaient, au mieux, mal foutues.

DSCN1676
Et puis j’ai fini par tomber sur Hexagon Universe, très peu de temps après avoir découvert l’univers made in France dont il est tiré. Le format m’a emballé d’entrée de jeu, j’apprécie beaucoup le style éditorial des XII Singes. Niveau illustration des différents volumes de la gamme, aucune surprise, tout ou presque est directement issu des comics où les talentueux dessinateurs sont légions. La mise en page est sobre et efficace, elle bénéficie d’une maquette très agréable à lire. Pour compléter le panorama avant d’entrer dans les détails, la gamme est très suivie, nous en sommes, à l’heure où j’écris ces lignes, au 7e volume avec les Rois des Profondeurs.

Mes super-pouvoirs sont cool ou pas ?

DSCN1674Ouais, tes super-pouvoirs sont plutôt cool ! Pour le savoir entrons un peu dans les mécaniques de jeu… La base du système est assez simple, les personnages sont définis par deux jauges (Energie et Audace) et trois Motivations, une poignées de Talents et quelques Pouvoirs. Pour réussir un test, le joueur va réunir une poignée de D6 en additionnant une motivation (de 1 à 3), un talent (de 1 à 3) et éventuellement un pouvoir (de 1 à 5). Chaque dé affichant une valeur de 3 à 6 est considéré comme un succès et il faudra comparer le nombre de succès à un seuil de difficulté pour savoir si l’action est une réussite. C’est assez simple et plutôt efficace, d’autant que les jauges d’énergie et d’audace vont pouvoir influer sur le score.

Pour les pouvoirs, là aussi la simplicité est de mise : un pouvoir = un effet. Mais là, la simplicité devient difficulté lorsqu’on n’est pas familier avec le genre super héros, en effet, créer son personnage n’est pas forcément évident car il n’y a que peu d’exemples dans le livre et la compréhension n’est pas aisée au premier abord. Un joueur n’ayant qu’une connaissance parcellaire du genre devra être soigneusement guidé par le MJ pour obtenir le personnage de ses rêves.

L’univers Hexagon ou un autre ?

DSCN1675On peut tout à fait utiliser Hexagon Universe pour jouer dans son univers favori de super héros, qu’il s’agisse de DC, de Marvel ou d’un autre ; il suffira alors de se contenter du livre de base et de l’écran. Le système de jeu s’adapte aussi bien au « street level » qu’à des héros aux pouvoirs cosmiques. Attention cependant, à mon sens le mélange des deux risque de frustrer des joueurs, je ne crois pas qu’il soit possible de vraiment jouer une partie où Dardevil côtoie Thor, l’un des deux va s’ennuyer ou se sentir inutile, contrairement à Smallville RPG que j’ai eu l’occasion de tester comme joueur et où le mélange est harmonieux.

Il serait dommage cependant de se priver de l’excellent setting qui a inspiré ce jeu. L’univers Hexagon, de création française comme je le disais en préambule, possède toutes les qualités qui font de lui un univers complet et bien construit, assez proche de Marvel dans l’esprit, où le Clash remplace le Shield, et au moins aussi ancien. L’essai est malheureusement raté à mon point de vue pour les suppléments thématiques… Oui c’est intéressant, mais on a là cinq suppléments (Hexagon, Strangers : les entités cosmiques, Stranges : les empires galactiques, Aventuriers et seigneurs de la jungle, les rois des profondeurs) qui se présentent de manière beaucoup trop encyclopédique. Les réunir sous un seul gros supplément de background allant à l’essentiel aurait été bien plus profitable. On se retrouve malheureusement là avec des volumes à rallonge dans un style lourd et répétitif, des guides de l’univers BD plutôt que du matériel de jeu de rôle. En fait, si chacun de ces tomes avait été une BD complète avec en fin de volume les caractéristiques techniques des participants il y aurait eu un véritable intérêt mais là c’est juste barbant. Intéressant mais laborieux, il faut vraiment que je sois accro à l’univers pour les collectionner.

On notera tout de même l’existence d’une campagne, Apocalypse, dans la profusion de la gamme qui mérite qu’on s’y penche. D’abord parce que c’est la seule au milieu d’une profusion verbeuse, et ensuite parce qu’elle fait bien le boulot. Les héros sont lancés au cœur de manigances géopolitiques à l’échelle planétaire et devront éviter rien de moins que la troisième guerre mondiale. Pas extraordinaire d’originalité, mais Apocalypse joue bien sur les différents ressorts du genre super héroïque et offre quelques heures de plaisir qu’il serait dommage de bouder.

Mais alors, tu aimes ou pas finalement ?

  • L’univers Hexagon : j’adore parce qu’il est simple et manichéen, suffisamment peu connu pour être original.
  • L’aspect graphique : il tient plus à la BD qu’au JDR, mais moi j’aime beaucoup ! Si vous aimez les comics à l’ancienne, vous serez également séduits !
  • Le système de jeu : simple et efficace. Pas exceptionnel et parfois trop flou, il fait cependant très bien son boulot et si je devais jouer un autre univers de super héros je reprendrai le même… jusqu’à ce qu’il meurt ou que je trouve mieux comme dirait le lieutenant Rasczac.

Pour l’ensemble de la gamme je suis assez mitigé… Aucune hésitation sur le livre de base et l’écran, vous pouvez y aller, c’est du tout bon. La campagne Apocalypse reste très sympa elle aussi. Pour le reste, c’est à vous de voir. Il faut supporter la lourdeur et la longueur inutile du texte, mais passée cette épreuve vous aurez approfondi votre connaissance de la richesse de l’univers Hexagon !

Plus qu’un détail à régler : enfilez vos slips par dessus vos pantalons et foncez sauver le monde !

DSCN1673

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s